La baguette de pain, une icône française

La baguette de pain est un élément incontournable de la culture française...

Qui n’a pas entendu parler de la fameuse baguette de pain, un élément incontournable de la petite et de la grande cuisine française ? Pourtant, une baguette n’est composée que de 4 ingrédients : il faut de la farine, de l’eau, du sel et de la levure (pour faire « lever la pâte »).

Les Français sont de gros consommateurs de baguettes de pain… La plupart d’entre eux les achètent chez le boulanger du coin et là, les goûts diffèrent : certains demandent que leur baguette de pain soit très cuite, les autres la préfèrent bien blanche.

Une chose est certaine, il est difficile de résister à une baguette qu’on vient d’acheter et qui est encore toute chaude ! Bien souvent, on commence à grignoter le pain avant même d’être rentré à la maison !

C’est l’un des petits plaisirs dans la vie quand on est français…

Que ce soit le petit-déjeuner, le déjeuner, le goûter ou le dîner, les 3 (ou les 4 repas) que prennent la majorité des Français au cours de la journée ne sauraient se concevoir sans la fameuse baguette de pain.

Le petit-déjeuner français

Ce premier repas de la journée est considéré comme essentiel en France, un moment de convivialité pour bien commencer la journée. Traditionnellement, les Français boivent un café au lait (dans un bol, pas dans une tasse, ni un mug !) et mangent des tartines de pain beurré, avec ou sans confiture ET trempées dans le café

😳😳😳 Oui, je sais, ça peut te sembler bizarre, mais c’est comme ça !

Alors voilà, le petit-dèj, en France, ça ressemble à ça : tartines et café au lait :

Au déjeuner ou au dîner, la baguette est sur la table…

Si tu manges au restaurant, on va t’apporter une panière, un petit contenant pour y mettre la baguette, coupée en morceaux. La baguette de pain est toujours présente sur la table quand on déjeune ou quand on dîne, que ce soit à la maison au au resto.

Et le goûter, alors ?

Le « goûter » ou le « quatre heures », c’est une collation que prennent les enfants français quand ils sortent de l’école. Il faut dire qu’ils ont déjeuné vers 11h30 ou midi et que le dîner ne sera probablement pas avant 19h. Alors, les enfants goûtent…

Autrefois, le goûter se composait d’un verre de lait, d’un morceau de baguette et de quelques carreaux de chocolat. Aujourd’hui, le goûter est plus variable, plus sain peut-être aussi : céréales, yaourts, fruits, biscuits, ça dépend des familles…

La baguette française, une origine controversée

La baguette de pain est sans aucun doute l’un des piliers de la culture culinaire française, mais son origine reste pourtant fort mystérieuse : pas moins de quatre légendes se croisent sans qu’aucune ne soit véritablement prouvée :

1- Pour certains, la baguette aurait été inventée sous Napoléon afin de permettre aux soldats de transporter plus facilement leur pain. En effet, jusqu’alors, la forme ronde des pains n’était pas très pratique quand on devait se déplacer.

2- D’autres prétendent que la baguette serait une invention viennoise : en 1839, August Zang, un Viennois donc, ouvre à Paris une boulangerie et y vend un pain allongé cuit dans un four à la vapeur qu’il a lui-même mis au point. 1839, telle serait en fait la date de naissance de la baguette de pain…

La baguette, ce cliché bien français, aurait une origine autrichienne ?
Ça alors, quel scandale ! Vite, une autre histoire…

3- La baguette se serait développée dans les années 20 suite à une loi qui interdisait aux boulangers de commencer à travailler avant 4h du matin.
Le problème, c’est qu’avec les pains traditionnels, plus compacts, la pâte mettait trop de temps à lever et que le pain n’était pas prêt quand les premiers clients arrivaient.
Les boulangers auraient donc commencé à fabriquer des baguettes qui, plus fines, prenaient moins de temps de préparation et de cuisson.

4- Enfin, on raconte parfois une autre histoire, toujours dans les années 20
À cette époque, de nombreux ouvriers venus des quatre coins de France se sont installés à Paris pour travailler à la construction du métro parisien. Entre eux, les conflits se réglaient bien souvent par des bagarres au couteau.
En effet, tous portaient un couteau pour couper des tranches dans les grosses boules de pain qu’ils emportaient pour leur déjeuner. On a donc demandé aux boulangers de faire un pain allongé, la baguette, qui ne nécessiterait pas de couteau puisqu’on pouvait le rompre à la main.

Des expressions idiomatiques autour du pain

Avoir du pain sur la planche

Avoir du pain sur la planche est une expression idiomatique qui signifie qu’on a beaucoup de travail, beaucoup de choses à faire :

  • Mes parents arriveront demain et resteront une dizaine de jours à la maison. Je vais avoir du pain sur la planche...

Rouler quelqu’un dans la farine

Cette expression s’utilise pour exprimer que quelqu’un a été manipulé, trompé, berné, escroqué, arnaqué…

Il existe vraiment beaucoup de verbes pour exprimer cette idée !

  • Marc s’est fait rouler dans la farine quand il a acheté sa nouvelle voiture : elle est tout le temps en panne et il se ruine en réparations.

Acheter quelque chose pour une bouchée de pain

Une bouchée, c’est ce qui tient dans la bouche.

Acheter quelque chose pour une bouchée de pain signifie l’acheter à un prix très bas, vraiment pas cher.

  • Elle a acheté sa robe de mariée pour une bouchée de pain dans une boutique d’occasion.

Le gagne-pain

Le gagne-pain, c’est un objet ou un travail qui permet à quelqu’un d’avoir l’argent nécessaire pour vivre, pour subvenir à ses besoins :

  • Mon voisin travaille à l’opéra. Le violon, c’est son gagne-pain.

On utilise également les expressions Gagner son pain ou, en français plus familier, Gagner sa croûte* pour « Gagner de l’argent grâce à son travail ».

(La croûte*, c’est la partie extérieure du pain.)

  • Nathalie a un nouveau boulot. Elle gagne bien sa croûte maintenant.

Pour conclure

La baguette de pain est sans nul doute une part essentielle du patrimoine culinaire de la France.

À l’automne 2022, on saura si sa réputation lui vaudra également d’être classée au Patrimoine Mondial Immatériel de l’Unesco.

Une reconnaissance d’un savoir-faire ancestral et du quotidien des Français qui en consomment plus de 10 milliards chaque année.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *