Les charmes et les mystères du subjonctif : Saison 1, Épisode 3

Apprendre à utiliser le subjonctif, ce n'est pas très difficile. Tu dois juste avancer pas à pas... Parce qu'il s'agit d'un voyage linguistique long et plein de surprises !

Dans un précédent article, je t’ai présenté les 4 situations dans lesquelles tu dois conjuguer le verbe au subjonctif. Tu te souviens ? On emploie le subjonctif quand on a un introducteur (verbes ou expressions verbales) qui exprime :

  1. une idée de sentiment
  2. une idée de volonté
  3. une idée d’opinion (négative)
  4. ou quand l’introducteur a une forme impersonnelle

Voici 4 exemples pour te rafraîchir la mémoire

  1. Je regrette qu’il ne fasse pas plus chaud. => regretter, verbe de sentiment
  2. Je voudrais qu’il pleuve plus. => vouloir, verbe de volonté 
  3. Je ne crois pas qu’il y ait de la neige ce weekend. => croire (à la forme négative)
  4. Ce serait bien qu’on puisse limiter le réchauffement climatique => ce serait bien, expression impersonnelle.

Et n’oublie pas…

La condition sine qua non pour utiliser le subjonctif, c’est d’avoir 2 sujets différents dans les 2 parties de la phrase :

  • JE regrette que TU ne puisses pas venir à mon anniversairePHRASE CORRECTE.
  • JE regrette que JE ne puisse pas venir à ton anniversaire PHRASE IMPOSSIBLE.

Pourquoi IMPOSSIBLE ?

Et bien parce que dans cette phrase, les 2 sujets sont les mêmes : JE regrette ET JE ne peux pas venir. Si tel est le cas, il n’y a pas 36 solutions, tu dois reformuler avec un infinitif :

  • Je regrette DE NE PAS pouvoir venir à ton anniversaire. 

Les verbes et expressions verbales qui introduisent le subjonctif, c’était avant, c’était dans l’Épisode 2 de la Saison 1 sur Les Charmes et les Mystères du Subjonctif… Mais on avance, on en est désormais à l’Épisode 3…

Le subjonctif, tu vois, ce n’est pas spécialement difficile quand tu avances pas à pas, mais c’est très riche… Il y a plein plein de petites choses à savoir.

Le subjonctif après certaines conjonctions

Alors quoi de neuf pour aujourd’hui ?

Et bien, on a parlé des verbes introducteurs du subjonctif, je vais maintenant te présenter une autre catégorie de mots qui vont déclencher l’utilisation du subjonctif : il s’agit de certains termes appelés conjonctions.

Les conjonctions sont des mots ou des groupes de mots invariables (ils ne changent pas de forme), qui sont utilisés pour connecter des phrases ou des parties de phrases.

Voici quelques-unes des conjonctions les plus souvent utilisées en français :

Des conjonctions toujours suivies du subjonctif

jusqu’à ce que

  • Je resterai ici jusqu’à ce que tu reviennes.
JUSQU'À CE QUE est une conjonction qui est toujours suivie du subjonctif. Tu en comprends le sens, non ? 
Je suis assise au café, en terrasse. Toi, tu as des courses à faire et je t’informe que je vais rester là pendant que tu fais tes courses, que je vais attendre ton retour : 

- Je resterai ici jusqu’à ce que tu reviennes.
= Je resterai ici tant que tu ne seras pas revenu.
= Quand tu seras revenu, je partirai.

bien que

  • Bien qu’il soit fatigué, il n’arrive pas à s’endormir.
BIEN QUE est une conjonction qui est toujours suivie du subjonctif et qui exprime une idée d’opposition. Tu peux remplacer cette conjonction par différentes expressions, par exemple : 

Bien qu’il soit fatigué, il n'arrive pas à s’endormir. 
= Il est fatigué mais il n'arrive pas à s’endormir. 
= Il est fatigué. Toutefois, il n'arrive pas à s’endormir. 
= Malgré sa fatigue, il n'arrive pas à s’endormir. 

Tu peux commencer la phrase par la conjonction suivie du subjonctif, ou bien commencer la phrase par la proposition principale, peu importe ! C’est toi qui choisis, les 2 phrases sont correctes :

  • Bien qu’il soit fatigué, il n’arrive pas à s’endormir.
  • Il n’arrive pas à s’endormir bien qu’il soit fatigué.

pourvu que

  • Pourvu quil ne pleuve pas ce weekend ! 
POURVU QUE est une conjonction qui est toujours suivie du subjonctif. Cette conjonction est utilisée dans 2 types de structures. Dans cet exemple, pourvu que commence une phrase exclamative. Tu peux remplacer cette conjonction de cette manière : 
- Pourvu qu’il ne pleuve pas ce week-end ! 
= J’espère qu’il ne pleuvra pas ce week-end.
  • Pourvu qu’il ne pleuve pas ce weekend, on ira faire un pique-nique à la plage
  • On ira faire un pique-nique à la plage pourvu qu’il ne pleuve pas ce weekend. 
POURVU QUE est aussi utilisé pour présenter une idée de condition et tu peux remplacer cette conjonction par une phrase d'hypothèse avec SI :

- Pourvu qu’il ne pleuve pas ce weekend, on ira faire un pique-nique.
= S'il ne pleut pas ce weekend, on ira faire un pique-nique.

Pour résumer

JUSQU’À CE QUE, BIEN QUE, POURVU QUE expriment des idées complètement différentes, mais ces 3 conjonctions ont la même particularité : elles sont TOUJOURS suivies du subjonctif, que les sujets des 2 parties de la phrase soient identiques ou différents.

Des conjonctions suivies du subjonctif ou de l’infinitif

Les conjonctions ci-dessous sont utilisées avec un subjonctif SI les sujets des 2 parties de la phrase sont différents. SI ce n’est pas le cas, tu dois reformuler en utilisant un infinitif.

pour que, afin que

  • Je te téléphonerai pour que tu saches quand j’arriverai.
  • Je te téléphonerai afin que tu saches quand j’arriverai.
POUR QUE et AFIN QUE expriment le but, l’intention. 
Dans ces phrases, il y a bien 2 sujets différents : JE et TU. Donc c’est correct d’utiliser le subjonctif après la conjonction. 

MAIS tu ne pourrais pas construire une phrase avec le subjonctif dans les  exemples suivants parce que les sujets sont les mêmes : 
- JE te téléphonerai pour que JE te dise quand j'arriverai.
- JE te téléphonerai afin que JE te dise quand j'arriverai.

IL FAUDRAIT reformuler avec un infinitif :
- JE te téléphonerai pour te dire quand j'arriverai.
- JE te téléphonerai afin de te dire quand j'arriverai.

NOTA BENE

pour que et afin que sont des expressions synonymes, elles ont exactement le même sens. MAIS si tu utilises afin que, tu t’exprimes de manière un peu plus élégante, dans un niveau plus soutenu que si tu utilises pour que.

de peur que, de crainte que

  • Je me suis dépêchée de rentrer de peur qu’il pleuve.
  • Il a pris sa voiture de crainte qu’il y ait une grève des transports.
  • Il s’est levé à 5h du matin de peur de rater son train.
  • De crainte de tomber en panne avec sa vieille voiture, il est parti en train.
DE PEUR QUE et DE CRAINTE QUE sont synonymes : ces 2 conjonctions expriment un but négatif, une finalité qu’on ne veut pas voir se réaliser.
- Je me suis dépêchée de rentrer de peur qu’il ne pleuve.
= Je me suis dépêchée de rentrer parce que je ne voulais pas me faire surprendre par la pluie.

- Il a pris sa voiture de crainte qu'il y ait une grève des transports.
= Il a pris sa voiture car il pensait que la grève des transports risquait de mettre en péril son voyage, ce qu'il ne voulait pas.

Si les sujets sont les mêmes, tu dois reformuler ces phrases en employant un infinitif :

- Il s’est levé à 5h du matin de peur de rater son train.
= Il s’est levé à 5h du matin car il ne voulait pas rater son train.

NOTA BENE

Avec les conjonctions de peur que ou de crainte que, dans un niveau de langue soutenu (à l’écrit ou à l’oral), tu peux utiliser le mot NE devant le verbe.

Attention, le mot NE n’a ici aucune valeur négative, il est juste « décoratif » ! Si tu t’exprimes dans un niveau de langue standard, tu n’utiliseras pas le « NE décoratif » (les linguistes l’appellent NE explétif).

Exemples

  • Je me suis dépêchée de rentrer de peur qu’il pleuve. => niveau de langue standard.
  • Je me suis dépêchée de rentrer de peur qu’il NE pleuve. => niveau de langue soutenu.

à condition que

  • Je prendrai l’avion à condition qu’il y ait des billets pas chers sur le net.
  • Je prendrai l’avion à condition de trouver des billets pas chers sur le net.
À CONDITION QUE, comme son nom l'indique, donne une idée de condition. Tu peux reformuler la phrase avec SI et garder la même idée :

- Je prendrai l’avion à condition qu’il y ait des billets pas chers sur le net.
= Je prendrai l’avion SI je trouve des billets pas chers sur le net.

NOTA BENE

pourvu que et à condition que sont synonymes : tu peux dire les 2 phrases suivantes, sans marquer aucune différence de sens !

  • Je prendrai l’avion à condition qu’il y ait des billets pas chers sur le net.
  • Je prendrai l’avion pourvu qu’il y ait des billets pas chers sur le net.

à moins que

  • On ira faire une randonnée dans la montagne à moins qu’il fasse mauvais.
  • Je prendrai l’avion à moins de trouver des billets de train vraiment pas chers.
À MOINS QUE donne une idée de condition négative. Tu peux reformuler la phrase comme ça : 
- On ira faire une randonnée dans la montagne à moins qu’il fasse mauvais.
= On ira faire une randonnée dans la montagne sauf s'il fait mauvais.
= On ira faire une randonnée dans la montagne excepté s'il fait mauvais.
= On n'ira pas faire de randonnée dans la montagne s'il pleut.

avant que

  • On devrait réserver rapidement avant qu’il y ait plus de place.
  • avant de réserver tes billets, téléphone-moi !
AVANT QUE donne une idée de chronologie : il se passe quelque chose avant autre chose. 

Dans un niveau soutenu, on peut utiliser le NE explétif.
- On devrait réserver rapidement avant qu'il N'y ait plus de place (niveau soutenu).
- On devrait réserver rapidement avant qu'il y ait plus de place (niveau standard).

en attendant que

  • Je resterai au café en attendant que tu reviennes.
  • J’ai pris l’apéritif en attendant de pouvoir dîner.
EN ATTENDANT QUE a un sens similaire à JUSQU'À CE QUE :
Je resterai au café en attendant que tu reviennes. 
= Je resterai au café jusqu’à ce que tu reviennes.
= Je resterai au café tant que tu ne seras pas revenu.
= Quand tu seras revenu, je partirai.

sans que

  • Il a acheté une voiture sans que sa mère le sache.
  • Il est parti sans nous dire au revoir.
SANS QUE peut s'utiliser dans un niveau soutenu avec le NE explétif.
- Il a acheté une voiture sans que sa mère NE le sache (niveau soutenu).
- Il a acheté une voiture sans que sa mère le sache (niveau standard).

Pour résumer

Les conjonctions peuvent exprimer des idées très différentes : la condition, le but, la chronologie… Dans la majorité des situations, il y a 2 alternatives d’utilisation : avec un subjonctif quand les sujets des 2 parties de la phrase sont différents, avec une construction infinitive quand les sujets sont les mêmes.

Après certaines conjonctions (de peur que, avant que, à moins que, sans que…), on peut ajouter un NE explétif (qui n’est pas négatif) quand le niveau de la langue est soutenu.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.