Conseiller, ordonner ou interdire en français : L’impératif

Si tu veux donner un conseil à quelqu'un, si tu veux interdire ou ordonner quelque chose, si tu veux comprendre une recette de cuisine ou un itinéraire, il y a de grandes chances que tu aies besoin de l'impératif. Cette forme verbale est à la fois simple et pleine de petites irrégularités. Partons à la découverte des mystères de l'impératif !

L’impératif est une forme verbale très importante qui va te permettre d’accomplir de nombreux actes de paroles au quotidien : quand tu lis un mode d’emploi, une posologie de médicament ou une recette de cuisine, il y a de fortes chances pour que les instructions soient rédigées à l’impératif.

Ce sera aussi le cas quand tu donnes des consignes ou des directions, quand tu commandes au café ou au restaurant… Une forme verbale très importante, donc !

L’impératif, une forme verbale issue du présent

L’impératif est une forme verbale assez régulière. Tous les verbes sont basés sur le présent. (Mais rappelle-toi que le présent en français n’est pas si facile que ça !).

Tous les verbes basés sur le présent, sauf 4… On y reviendra. Mais commençons par les verbes réguliers.

Les 3 personnes de l’impératif

Pour former l’impératif, tu dois partir de 3 personnes au présent : les personnes TU, NOUS, et VOUS. Un exemple avec le verbe prendre :

PRENDRE AU PRÉSENT :

  • Je prends
  • Tu prends
  • Il prend
  • Nous prenons
  • Vous prenez
  • Ils prennent

PRENDRE À L’IMPÉRATIF :

  • Prends !
  • Prenons !
  • Prenez !

Si tu es observateur, tu remarques 2 choses

  1. l’impératif n’a pas de pronom sujet. Les mots TU, NOUS, et VOUS qu’on utilise au présent, sont coupés à l’impératif
  2. Il y a un ! (point d’exclamation) à la fin de la phrase. Ce n’est pas super grave si tu l’oublies, mais c’est la norme graphique.

Une bonne nouvelle

Tu le sais sans doute, mais à l’oral, les Français n’utilisent presque jamais la forme NOUS. On ne dit pas : Nous prenons le bus pour aller à notre maison. Beurk, ça sonne vraiment pas bien. On dit : On prend le bus pour aller à la maison.

Je dirais qu’à l’oral, le pronom ON remplace dans 99% des cas le sujet NOUS (…Et non, je n’exagère pas, c’est pas dans ma nature d’exagérer !) 

Et bien à l’impératif, c’est pareil : Prenons le bus pour rentrer à notre maison… Encore une fois, c’est super Beurk, ça sonne vraiment pas bien !

Pour exprimer cette idée, quand on parle, on va oublier l’impératif pour ne pas utiliser la forme Prenons. On a plein d’alternatives, en français, pour la même idée : on dira par exemple :

  • On doit prendre le bus
  • il faut qu’on prenne le bus
  • Et si on prenait le bus ?
  • Ça serait mieux de prendre le bus.
  • Etc… 

On a en français 1000 et une variations pour surtout, surtout NE PAS utiliser la forme NOUS pour parler. Et c’est une bonne nouvelle, parce que du coup, il reste seulement 2 formes à étudier à l‘impératif :

  • Prends le bus !
  • Prenez le bus !

Mais pour que tu profites de l’intégralité de la leçon sur l’impératif, je vais quand même garder la personne NOUS dans cet article. 

Passons maintenant (impératif avec NOUS…) aux détails croustillants de cette leçon sur l’impératif.

Croustillant, c’est un mot pour caractériser la texture d’une baguette toute chaude qui sort de chez le boulanger. Miam, miam, que c’est délicieux, la croûte de la baguette qui craque sous la dent.

Mais « des détails croustillants« , ça ne se mange pas, bien sûr !… Ce sont des détails fascinants, excitants ET délicieux !

Et la langue française est pleine de « détails croustillants ». D’ailleurs, concernant l’impératif, je ne doute pas que tu seras fasciné, excité et charmé par les 5 Petites irrégularités que je vais te présenter…

Petite irrégularité n°1

Cela concerne juste la personne TU des verbes du premier groupe, c’est-à-dire les verbes avec -ER à l’infinitif (qui constituent plus de 60% de tous les verbes du français…) Du coup, cette Petite irrégularité n°1 est quand même vraiment importante. 

Un exemple avec le verbe parler :

PARLER AU PRÉSENT :

  • Je parle
  • Tu parles
  • Il parle
  • Nous parlons
  • Vous parlez
  • Ils parlent

PARLER À L’IMPÉRATIF

  • Parle !
  • Parlons !
  • Parlez !

Tu remarques que pour l’impératif, je n’écris pas de /s/ à la fin du verbe Parle ! C’est comme ça, c’est une Petite irrégularité de l’impératif. Les verbes des deuxième et troisième groupe sont normaux, c’est-à-dire formés sur le présent et gardent le /s/ pour TU.

Petite irrégularité n°2

Là, désolée, mais ça va devenir un peu technique : tu sais quelle est la position des pronoms compléments dans une phrase ? Je te donne un exemple : 

  • Est-ce que tu fais du ski ?

Pour répondre à cette question, je vais utiliser un pronom complément, le pronom EN. Si tu as des doutes sur le choix des pronoms, va jeter un oeil sur notre chaîne YT Learn French Fun, Christian a consacré 3 vidéos aux pronoms compléments.

Jette un oeil à celle-ci !

Je reprends :

Est-ce que tu fais du ski ?

  • Oui, j’en fais
  • Non, je n’en fais pas.

La place du pronom EN (et la place de tous les pronoms) est devant le verbe.

Est-ce que tu as fait du ski ?

  • Oui, j’en ai fait
  • Non, je n’en ai pas fait.

La place du pronom EN (et la place de tous les pronoms) reste devant le verbe. Quel verbe ? Bonne question ! Devant être ou avoir dans un temps composé, comme ici au passé composé.

Est-ce que tu sais faire du ski ?

  • Oui, je sais en faire
  • Non, je ne sais pas en faire.

La place du pronom EN (et la place de tous les pronoms) est encore devant le verbe. Quel verbe ? Devant l’infinitif s’il y a un infinitif dans la phrase.

Ne fais pas de ski, c’est vraiment trop dangereux !

  • N’en fais pas !

La place du pronom EN (et la place de tous les pronoms) reste devant le verbe à l’impératif négatif, quand on formule une interdiction

Devant, devant, devant… devant le verbe, OK !

Super simple… Et bien pas tout à fait, regarde :

Fais du ski !

  • Fais-en

À L’IMPÉRATIF POSITIF, quand on donne un ordre, la place du pronom EN (et la place de tous les pronoms) est DERRIÈRE le verbe

C’est rigolo, non ?

  • Parle-moi ! (un ordre => le pronom est DERRIÈRE le verbe).
  • Ne me parle pas ! (une interdiction => le pronom est à sa place normale, devant le verbe).

Petite irrégularité n°3 (En fait, une irrégularité de l’irrégularité n°1)… Hein ? Quoi ? Pardon ? Plaît-il ?

Attention, un peu de concentration maintenant… Observe ce qui se passe dans ces exemples d’impératifs négatifs :

  • Ne parle pas de ce problème à tes amis ! => N’en parle pas à tes amis ! 
  • Ne promène pas ton chien sur la plage ! => N’y promène pas ton chien !
  • Parle de ce  problème à tes amis ! => Parlesen à tes amis
  • Promène ton chien sur la plage ! => Promènesy ton chien !

Est-ce que tu ne remarques pas un petit truc bizarre ? Regarde bien les deux derniers exemples à l’impératif positif. Il n’y a rien qui te saute aux yeux ? Non ? Vraiment rien ?

OK, je t’aide : quand tu intègres le pronom EN ou Y à l’impératif positif pour les verbes du premier groupe (tu sais, ces verbes qui n’ont pas de /s/ à la forme TU de l’impératif…) Et bien maintenant, ces verbes retrouvent un /s/ : Parlesen !  Promènesy ton chien !

Arrrrrgh…Mais pourquoi ?

Et bien juste parce que les Français et la langue française détestent la proximité de 2 voyelles. Et là, Parleen, les 2 /e/ côte à côte, ça n’est vraiment pas possible. En plus, c’est impossible à prononcer alors que Parles-en, c’est cool, on fait la liaison, ça roule sur la langue.

  • Parlesen !
  • Promènesy ton chien !
  • Vasy ! (va à la plage !)
  • Écoutes-en ! (écoute des chansons françaises)
  • Offres-en ! (offre des fleurs à Priscilla)…

Petite irrégularité n°4

Pour finir en beauté avec la Petite irrégularité n°4, je te propose les 4 verbes irréguliers de l’impératif. 4 verbes, c’est pas la mort, ça !

Alors les voici, je te les apporte sur un plateau : il s’agit des verbes être et avoir, savoir et vouloir.

ÊTRE À L’IMPÉRATIF

  • Sois gentil !
  • Soyons calmes !
  • Soyez courageux !

AVOIR À L’IMPÉRATIF

  • N’aie pas peur !
  • Ayons du courage !
  • Ayez de la patience avec moi !

SAVOIR À L’IMPÉRATIF

  • Sache que c’est faux !
  • Sachons être polis !
  • Sachez, monsieur, que je n’accepte pas vos commentaires stupides !

C’est peut-être un peu étrange si tu essaies de traduire dans ta langue l’impératif de savoir, mais l’idée, c’est :

  • Tu dois savoir que c’est faux
  • Nous devons savoir rester polis
  • Vous devez savoir, monsieur…

Et pour finir, VOULOIR À L’IMPÉRATIF

Petite irrégularité n°5

Promis, c’est la toute dernière de ces Petites irrégularités de l’impératif…

Vouloir à l’impératif a une utilisation très limitée : il existe seulement à la personne VOUS (TU et NOUS n’existent pas à l’impératif). Voici des exemples qu’on trouve souvent dans des lettres formelles :

  • Veuillez trouver ci-joint une photocopie du document demandé.
  • Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués... Et on ne rit pas, j’ai vraiment des sentiments distingués, moi !… Cette dernière phrase est une expression typique utilisée à la fin d’une lettre formelle.

Encore une fois, comme c’était le cas pour le verbe savoir, il t’est peut-être difficile de traduire Veuillez…Blah blah blah dans ta langue.

En français décodé, tu pourrais remplacer le verbe Veuillez… par

  • Je vous prie de trouver ci-joint une photocopie du document demandé
  • Je vous demande d’accepter, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.  

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, j’espère que vas devenir un amoureux de l’impératif. En tout cas, je me suis donné du mal pour que tu en tombes amoureux !!!

Maintenant, il ne te reste plus qu’à observer, travailler, pratiquer, parler, lire, écrire, écouter, chanter… en français. Et tu verras, bientôt l’impératif sera comme une deuxième nature et tu n’auras plus besoin de te rappeler mes mignonnes Petites irrégularités, n°1, 2, 3, 4, 5, …

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.